Les coopératives de santé demandent la reconnaissance de leur rôle pilier en première ligne

Communiqués

4 avril 2022


Plan pour mettre en œuvre les changements nécessaires en santé

Québec, le 4 avril 2022 – La Fédération québécoise des coopératives de santé (FQCS) accueille positivement le plan présenté par le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé. Sans logique de profit et dans le respect de l’accès universel aux soins, le modèle coopératif en santé doit maintenant être reconnu comme une solution innovante en première ligne. Par un réel partenariat avec le ministère, la FQCS propose de maximiser le rôle pilier des coopératives de santé en services de proximité dans les collectivités.

« Aboutissement d’une prise en charge et d’une responsabilisation citoyenne, d’un engagement des acteurs locaux, une coopérative de santé se révèle souvent la meilleure ou la seule solution pour assurer une accessibilité à des services en première ligne dans une communauté, élément essentiel à la vitalité et à l’attractivité d’un territoire », explique Chantal Dubuc, présidente de la FQCS, en précisant que depuis près de 30 ans, les coopératives de santé répondent à des besoins non satisfaits par le réseau public ou par les cliniques médicales, à la suite de fermetures ou de départs à la retraite de médecins de famille.

 

Établir un véritable partenariat avec le ministère de la Santé

Les coopératives de santé offrent un lieu de pratique aux professionnels de la santé, particulièrement dans les zones rurales à faible densité démographique. Certaines accueillent des omnipraticiens ou un groupe de médecine familiale (GMF), d’autres uniquement des infirmières praticiennes spécialisées (IPS) et un éventail de professionnels en favorisant la multidisciplinarité. Elles font déjà la démonstration que l’interprofessionnalisme fonctionne pour améliorer l’accès dans les communautés où il n’y a plus ou pas suffisamment de médecins.

Mme Dubuc ajoute : « Les avantages des coopératives de santé s’imposent de plus en plus auprès des professionnels, sans les exigences d’une entreprise privée aux visées lucratives, en toute conformité avec l’accès universel. Elles ont toutefois besoin maintenant d’une aide publique pour assurer leur pérennité ».

« L’adoption d’objectifs communs et de plans d’action concertés, dans le cadre d’un véritable partenariat avec le ministère et les CIUSSS, assurerait le maintien et le développement des services de proximité dans de nombreuses communautés à travers le Québec », soutient François Allaire, directeur de la FQCS.

 

À propos des coopératives de santé au Québec

Présentes à travers le Québec, les coopératives de santé prennent la responsabilité de répondre à des besoins non satisfaits en mobilisant leurs collectivités. Quelque 40 coopératives de santé, exploitées à des fins non lucratives, regroupent en moyenne 2 000 membres chacune et offrent des services de santé de première ligne de nature préventive et curative. Ces services sont prodigués par près de 350 médecins, infirmiers et infirmières et des dizaines de professionnels de la santé qui font équipe pour veiller sur la santé de près de 300 000 patients.

À propos de la Fédération québécoise des coopératives de santé (FQCS)

Seule organisation à faire la promotion du modèle de coopérative de solidarité en santé à des fins non lucratives, la FQCS le défend avec diligence et détermination auprès de la population et des instances privées et publiques, au nom de toutes les coopératives de santé du Québec. Ses membres se voient offrir des services diversifiés, de l’information privilégiée, un soutien technique et des avantages préférentiels, en plus de services-conseils d’experts au juste coût et adaptés à leurs besoins.

Pour en savoir plus, visitez le site www.fqcs.coop.

– 30 –

Source :
Marie-Hélène Viau
Conseillère en communication
418 622-1001, poste 257

Information :
François Allaire
Directeur
418 622 1001, poste 262

Qui sommes-nous?

La Fédération québécoise des coopératives de santé représente 44 coopératives de santé réparties dans 14 régions administratives comptant chacune, en moyenne, 2 000 membres à qui elles prodiguent des services de première ligne en santé, autant curatifs que préventifs. Ces services sont offerts par leurs 230 médecins omnipraticiens, leurs 115 infirmières et leurs dizaines de professionnels de la santé qui, ensemble, gèrent 280 000 dossiers médicaux. Elles sont exploitées à des fins non lucratives.

Apprenez-en plus sur le modèle coopératif dans le secteur de la santé.